Coupe du Monde 2019 – Brésil: conclusion

Sur le plan du vol et de l’aérologie nous avons connu une semaine exceptionnelle. Malgré des plafonds non exploités, peut-être jusqu’à 1000 m de gain supplémentaire possible, nous avons lancé des manches proches de 100 km tous les jours. Je cumule 27 heures de vol et 700 km parcourus, j’ai bouclé toutes les manches. Andradas, aussi connue sous le nom de Pico do Gaviao, est un terrain généreux et sans piège sur lequel il semble impossible de poser en route en cette saison.

Elle est chouette cette photo, non? Je crois que je vais la prendre pour mon profil. Quoique les filles m’ont dit préférer sans la barbe. Ah, pas facile!

Nous avons vécu une course rapide et attentiste à la fois en début de compétition. Puis les Brésiliens ont pris des initiatives individuelles qui ont payé. Ils ont joué manche après manche des stratégies de 1000 ou rien qui leur ont rapporté gros par nation. La contrepartie de ces risques est qu’il n’y a qu’un seul Brésilien dans le top 10. Au sommet de la pyramide, Baptiste remporte sa deuxième PWC de l’année, respect.

New coach in town!

Ma tête n’y était pas. Toute la rationalité de XC Analytics ne pouvait rien pour moi. J’avais pris mon billet d’avion en même temps que je confirmai mon inscription à la compétition, il y a deux mois. Et puis il y a deux semaines, gros doute: le billet est pris, je pars donc au Brésil, mais est-ce que je ne ferais pas mieux de me prendre des vraies vacances, de respirer de l’air frais, ou même de retourner sur mes pas comme je l’avais fait en Chine? J’ai ma réponse: venir avec le doute ou des sentiments négatifs sur une compétition n’est pas une bonne chose pour produire de la performance.

Floue? Pas du tout. Juste les good vibes!

J’ai été super content de faire équipe avec Yael (ne l’appelez pas Yaya Poupou), Michele et Daniel. J’ai apprécié leur présence et leur joie de vivre comme de voler. Ils ont vraiment assuré: dans le top 10 pour les garçons, sur la seconde marche pour la miss, deuxièmes ex-æquo pour le team. Je suis désolé de ne pas avoir été au niveau et de ne pas avoir plus contribué à notre classement. Mais c’est pour cela que j’aime les équipes. Parce qu’on se soutient et que lorsque quelqu’un n’est pas bien, un autre assure. Nous avons nos faiblesses. Nous acceptons nos limites. Puis nous nous battons avec cœur, pour nous relever, encore et toujours.

Mes prochain vols seront dédiés à des biplaces découverte pour mon club, des biplaces pour handicapés, et très certainement du marche & vol à l’automne pour me vider l’esprit et me gonfler les mollets!

1 réflexion sur « Coupe du Monde 2019 – Brésil: conclusion »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.