Risque et incertitude

Au détour d’une lecture dominicale matinale, l’envie me prend de poser quelques mots. Deux en particulier. Risque. Incertitude. Ils sont décrits et par Frank H. Knight et même théorisés dans son ouvrage Risk, Uncertainty, and Profit. Je vous ferai grâce du troisième terme. Les plus entreprenants d’entre vous auront intérêt à explorer ses relations aux deux précédents. Que pouvons-nous tirer de cette théorie datant de 1921 (!) dans notre pratique? Commençons par une petite vidéo dans laquelle vous remplacerez « entrepreneur » ou « manager » par « pilote de parapente »:

Notons tout d’abord une focalisation. Cette théorie est reprise en Français sous le nom de « Théorie du risque ». Nos instances mettent en place une « Gestion du Risque ». Or les termes sont importants et dénotent une mauvaise compréhension du phénomène et donc les réponses apportées « risquent » de ne pas être appropriées. Distinguons donc ces deux notions qui visent à dépeindre l’avenir.

Continuer la lecture

La formation par les compétences

Nous sommes un dimanche soir de novembre. Il est 19h30. Je m’arrête sur une aire de service blafarde de l’A40, en chemin vers Chamonix pour mon avant-dernière semaine de formation DES JEPS à l’ENSA. Je viens de planter les crocs dans un poulet-crudités et je tombe sur cet excellent voire extraordinaire article de aéroVFR. Il me faudra bien trois quarts d’heure pour m’en remettre (de l’article hein, pour le poulet-crudités cela a été plus long) et reprendre la route.

Illustration © FFVP

Voilà un cadre de formation qui me parle. Voilà un cadre de formation tel que j’en cherchais. Voilà un cadre de formation qui pourrait dépoussiérer considérablement notre passeport de vol libre. Voila un cadre de formation qui appréhende correctement la gestion des risques et la met au cœur de sa pédagogie. Mais il faudrait quelques révolutions fédérales pour y parvenir. Alors je vais me l’approprier.

Continuer la lecture

Formation des pilotes

Avec plus de 150 réponses (EDIT 23/09/19: 220 réponses, les tendances sont stables) reçues au questionnaire sur le passage en formation des pilotes de parapente, je peux me lancer dans un peu d’analyse. Je vous livre quelques statistiques ci-dessous. Elles reflètent la population des pratiquants, tant dans la répartition par genre que par type d’aile ou encore niveau de brevet. Je n’ai pu contrôler la pyramide des âges, étrangement j’ai oublié ce champ dans le formulaire. Toujours est-il que les réponses reçues (et vous pouvez continuer à répondre, je mettrai à jour en fonction) sont révélatrices et viennent confirmer mes impressions.

Continuer la lecture

Un petit dernier pour la route

Dites donc, rien de publié ici depuis un moment? Il faut dire, j’aime vraiment mon dernier billet sur l’Australie. Et puis ce que j’ai pu faire en vol ensuite, Mosel Open, vol de plaine, Airtour (ah non, là, pas de vol!), PWC en Italie, je l’ai fait d’abord pour moi, pour me balader, rencontrer du monde, profiter des voyages. Bien entendu, j’ai plein de brouillons rédigés de-ci de-là mais rien de suffisamment inspirant pour que je publie. La fin de semaine dernière m’a inspiré, alors voici une nouvelle petite aventure en parapente!

Un petit dernier pour la route
Continuer la lecture

Truc pour Machin? Toi de moi!

Jacques entend une communication sur la fréquence radio de son club. Il reçoit un « Pierre pour Paul ». Mais qui appelle, qui est appelé? Est-ce Pierre qui appelle Paul, ou Paul qui appelle Pierre? Il n’en sait rien. Lorsque Jacques entend « Pierre pour Paul, je me suis fait mal »: que doit-il comprendre, à qui porter assistance, comment intervenir et à qui s’adresser, Pierre ou Paul? Il ne peut en être sûr.

Truc pour Machin? Toi de moi!

Mon sujet du jour est le protocole de communication utilisé en radio: la phraséologie. Un élément essentiel de la sécurité aéronautique que je n’ai pas encore vu enseigné en école. Une obligation de qualification pour tous les pilotes de vol « non libre ». Une absence de qualification obligatoire pour le vol libre qui ne nous dispense pas d’une formation, au prétexte que l’usage d’une radio semble enfantin, qu’il suffit d’appuyer sur un bouton pour la faire fonctionner ou que nous utilisons des téléphones sans formation depuis longtemps. En tous cas, je n’y ai jamais été formé. J’ai vécu la même absence de formation pour le secours et il a été remédié au problème depuis. J’aimerais qu’il en soit de même pour la radio.
Continuer la lecture