Super Finale de la Coupe du Monde 2015 – Mexique: 23/01/16, course au but de 95km

Nous avons vécu une étrange dernière journée de compétition. Au petit matin les gagnants sont déjà connus. Stefan l’emporte par anticipation au général après une compétition totalement maitrisée. Un garçon charmant et un formidable pilote depuis de nombreuses années. Il mérite pleinement ce titre, enfin. Seiko gagne chez les filles en ne lâchant rien, présente et solide sur toutes les manches.

Puis, lorsque nous arrivons au décollage, nous découvrons un piquet de grève des paysans locaux, propriétaires du décollage. Ils nous empêchent l’accès et négocient le paiement du bail qui vient de se renouveler. Avec l’arrivée de la police fédérale, tout s’arrange à temps. Le boum boum insupportable et incongru de la sono mobile du taureau rouge peut reprendre. Nous pouvons nous préparer pour une manche de 95 km.

Hier j’avais changé un réglage de sellette, il ne m’a pas aidé. Aujourd’hui j’ai changé de tee-shirt, et j’ai peut-être trouvé la combinaison gagnante. Au niveau équipement. Parce qu’au niveau tactique et mental, j’ai été très faible. J’avais prévu, pour cette dernière manche, de m’accrocher au groupe quoi qu’il arrive. Jusqu’au start, tout s’est bien passé selon le plan. Mais dès la première transition, alors que je suis devant avec Charles et Max, j’oblique vers la droite pour suivre le relief jusqu’à Divisa. Eux prennent le cap direct à la balise. Me voici seul, d’entrée. Et bien sûr pas de thermique à Divisa, le nuage est 2 km plus loin, trop en-dehors de la route à suivre. Je vais donc ramer dès la première balise pour recoller le groupe.

J’y parviens au tiers du parcours. J’ai navigué plutôt bas jusque là. Je décide alors de faire le nuage pour valider la deuxième balise, dans les 4000 m. Je valide la balise puis laisse de nouveau partir le groupe pour refaire ce gros plein dans des Vz de l’ordre de +3 à +5 m/s. Je chemine en survolant les pentes Nord, sous le vent de la ligne de collines. Elle flotte très bien. Tout le groupe s’enfonce du côté Sud, au vent. Je décide de ne plus prendre que les +3 m/s. Après un nouveau plein, un choix se présente: reprendre le groupe de tête qui fait un détour ou tracer droit vers la dernière balise, avec un relai unique et évident à faire en route.

Nouveau raté dans ma discipline tactique: je pars sur le trait. A mi-chemin, je suis encore une fois seul au monde et je trouve un 2 m/s. Je l’enroule, un peu dépité. Puis je vois une voile bleue/verte arriver sous mes pieds, une sellette connue, c’est Stefan! Sacré coquin. A deux nous trouvons le noyau et je vais chercher à le contrôler que ce soit en thermique ou en transition. Ce qui n’est pas mon point fort fonctionne parfaitement. Nous coiffons le groupe de tête à la dernière balise et assurons un dernier thermique pour boucler la manche sans stress. Je passe la ligne 10 m devant lui, dans la même seconde. Je suis donc le premier au temps sur cette manche, mais je sais que je vais manquer de leading bonus pour être le premier de la manche. Peu importe, je me satisfait parfaitement de ce résultat, produit d’un ratage tactique et mental complet!

J’ai déjà préparé un billet de conclusion qui devrait venir d’ici un jour ou deux. Peut-être vais-je changer deux ou trois choses après cette dernière manche! En tous cas, je suis très content de finir cette compétition de cette manière et avec ce résultat.

5 réflexions au sujet de « Super Finale de la Coupe du Monde 2015 – Mexique: 23/01/16, course au but de 95km »

  1. bravo à tous et toutes en espérant en voir un maximum à la réunion en octobre et en attendant bons vols!!!!!

  2. Bravo tu es seul au monde !!! Stefan a été très fort et c’est amplement mérité … Julien encore podium … Et l’ancien luca … On arrête à quel âge le parapente … Et les français podium par équipe … Derrière les suisses …et pourtant l’aigle volant n’est pas la !!! Chez les filles seiko, Laurie et une Suisse …encore … Et notre Manu en quête de son expérience … Bravo ZOT toute

  3. Merci Maxime de nous avoir fait vivre cette compétition ! Je croisais les doigts tous les matins à la lecture de ton blog ! Bien joué pour cette dernière manche !

  4. Ah ben mince alors. Moi qui trouvais que ce cap sur la flèche pour aller à B3, c’était du pur génie, et surtout tout seul ! Et toi, tu dis que c’est un raté…
    Pas d’art sans hasard, et ça, c’était un sacrément joli coup de pinceau.
    Reste la question du jour : dans quelle mesure faut-il s’astreindre à une discipline de fer ou laisser parler son instinct ou son intuition ?

  5. intéressant retour sur la manche dans le détail.
    En suivant en direct j’ai cru que tu avais repéré Stephan W. qui prend cette option un peu plus tot dans ton dos.
    Après il y a peut-être un décalage dans les heurs des trackers.
    En rejouant la trace il serait i téressant d’avoir la version de Stephan.

    Et oui pour une fois le groupe n’a pas eu raison … mais cela se joue à pas grand chose, C’est du très haut niveau …. un autre monde pour le parapentiste du dimanche que je suis.

    Bon retour
    Patrick

Les commentaires sont fermés.