Coupe du Monde Brésil 2008

J’ai vécu 18 mois au Brésil, il y a bien longtemps, à cheval sur l’année 1989. J’ai eu l’occasion d’y retourner deux ou trois fois depuis, dont une fois pour voler, en 2003. Je m’étais promené à Rio, Governador Valadares, Cuparaque, Pancas, Alfredo Chaves et Castelo. Et c’est à Castelo, la semaine prochaine, que va se dérouler la dernière étape du circuit Coupe du Monde 2008. Si j’ai bon souvenir, la trajectoire des deux vols faits là-bas se rapprochait assez nettement du fil à plomb, en direction du plomb. Par contre la beauté des paysages m’avait marqué et c’est avec un grand plaisir que je m’y rends.

Si vous avez une vingtaine de minutes à perdre, et beaucoup de bande passante à consommer, j’ai même retrouvé mon petit film de vacances de l’époque! Comme je n’ai pas été capable d’inclure un lecteur vidéo dans ce blog, voici les liens:

Minute papillon

Revenons à nos moutons: je ne pars pas en colonie de vacances mais bien à une Coupe du Monde. Les conditions locales sont réputées pas faciles, avec des petits varios, pas mal de plaine mais aussi des collines qui rendent difficile la lecture des sols et du meilleur parcours. Ce déplacement pourrait avoir un parfum de fin d’année mais pas vraiment car j’ai encore un coup à jouer sur le classement général de la PWC 2008, et en plus les manches compteront pour le classement National A de 2009. Si je peux me faire un stock de quelques 900, ça ne fera pas de mal.

Je vais reprendre un objectif qui me va bien en ce moment, à savoir faire de mon mieux, sans trop d’objectif chiffré. En fait, j’aimerais avant tout confirmer ma progression et mes bons résultats de cette année. Alors je vais m’appliquer. Advienne que pourra!

1 réflexion sur « Coupe du Monde Brésil 2008 »

  1. Salut Boss,

    Le Brésil, les plaines…dis donc t’es presque à la maison là, non?
    Je rigole c’est juste pour te mettre un peu la pression.
    La pression il en faut remarque, les montées d’adrenaline aussi pour faire la différence au bon moment, puis se relâcher pour garder de l’influx et prendre du plaisir.
    Maîtriser quoi!
    Et surtout remets le compteur à zéro au départ de chaque manche, quelque soit le résultat précédent.
    Je te souhaite plein de bonnes choses!

Les commentaires sont fermés.