Coupe du Monde Turquie: samedi 25/09, manche 4

Et de 4 manches! Au moins nous sommes sûrs d’en faire autant ou plus que lors de la finale 2009, et – XC-Open exclus – ce sera la compétition 2010 sur laquelle j’aurai le plus volé. Les conditions et les résultats sont ce qu’ils sont, mais il faut reconnaître la première qualité de ce site: ça vole.

La manche du jour est un clock-start de 153km. Meuh non! Z’êtes fous ou bien? C’est bien entendu une course au but, mais tout de même prévue pour 107km. Au sol je suis assez persuadé que nous allons pouvoir la boucler. Dès le décollage je prends 30km/h dans le nez et je commence à me dire qu’elle finira certainement en distance.

D’ailleurs l’attente au start est interminable. Après 50 minutes à poireauter au plafond le nez dans le vent, à jouer à saute-monton avec les nuages qui nous arrivent dessus, je décide à 7 minutes du départ d’aller chercher le suivant. C’était écrit, je ne le raccroche pas bien ou pas assez vite, alors demi-tour et feu gaz sur la ligne de départ quelques centaines de mètres trop bas mais avec le même plan qu’hier en tête. Il fonctionne et j’y retrouve Petra, comme hier, drôle. Je continue dans mes plans un peu isolés et suit une rue de nuages jusqu’à B1, fait le tour du nuage et tout en montant en le longeant, et reprend le groupe de tête sur B2 en restant collé aux barbules tout en étant plus au vent.

A partir de là nous avons 40km à faire avec, je le rappelle donc, 25 à 30km/h de vent cette fois-ci de face. La question clé est de tout d’abord trouver des thermiques pour ne pas pincher, ensuite de sélectionner les Vz pour les quitter avant de perdre du terrain à cause de la dérive. A 10km/h de vitesse/sol moyenne, il nous faudrait 4 heures pour rallier la B3, et derrière il y aurait encore 30km pour aller au but. Autant dire que je gère soigneusement mes plafonds et finit par partir en glissade lorsque l’activité thermique s’éteint. Je repasse sous le groupe de tête qui à mon grand étonnement ne pousse pas le barreau. Étrange! Il faut dire que nos instruments avaient du mal avec tout cet air: en gros c’est bras hauts ou tout à bloc selon que la Vz soit positive ou négative.

Mon classement ne signifie pas grand chose sur cette manche ou tout le monde pose en 1 ou 2km, mais enfin je me suis bien senti en vol, enfin j’ai bien géré une course, enfin je prends un bon 900. Je vais essayer de continuer sur cette lancée. Quoique la journée de repos a été avancée à demain pour cause de vent (très) fort annoncé. Et mes prévis me laissent penser que ça soufflera encore lundi. Il reste encore 6 manches possibles.

A tout bientôt!

1 réflexion sur « Coupe du Monde Turquie: samedi 25/09, manche 4 »

  1. Il faut marcher jusqu’au déco… c’est rude….
    Les frenchies ont le sourire c bon signe…
    Bonne suite

Les commentaires sont fermés.