Coupe du Monde Bulgarie 2008: vendredi, manche 5

L’organisation prépare une course au but de 100km, manifestement pour se faire le plaisir d’écrire ce chiffre sur le tableau. Le briefing météo, excellent comme depuis le début de la semaine, annonce un risque d’orage de 20%. Alors quelques pilotes interrogent le DE sur le bien-fondé d’une manche longue en aller/retour sur le relief. Mais rien n’y fait, la manche est confirmée et lancée.

Au start, c’est la guerre. Plafonds bas à 2000m, varios nerveux, des bulles impossibles à enrouler sur un tour, l’anarchie pendant près de 30 minutes. Une fois le start ouvert, je croyais que ce serait plus peinard, mais ça empire. Après le start, chacun peut enrouler dans le sens qui lui plait, et c’est le bronx. Tout le monde se bat pour monter tant bien que mal, et tout le monde navigue ensuite au plafond dans une atmosphère brumeuse, la base des nuages étant tout sauf nette.

A mi-parcours les pilotes sont séparés nettement en deux groupes, le second ayant plus de 5km de retard. En tête, j’oscille entre le bas de la première grappe et le haut de la seconde. A 25km du but cela commence à s’énerver un peu, le groupe de tête remonte sur l’arête de la montagne et va se placer sous des nuages bien noirs, avec quelques rideaux de pluie visibles. Alors là, à la radio, on commence à entendre: « c’est comment derrière la montagne », « il pleut je suis mouillé », « est-ce que la course continue » et ainsi de suite. Tu vas sous un gros noir qui transpire, tu prends l’eau tu assumes. Pour ma part je choisis une ligne en bord de converture nuageuse, à l’aplomb de la rupture de pente, et ça flotte pas mal, sans être réellement au plafond, alors j’enroule quelques queues de cerise au passage.

Le Père Noël passe toujours deux fois en août

Et là, rebelote, manche stoppée pour cause d’orage. Bon c’est vrai, une fois posé j’ai entendu le tonnerre, et les pilotes de la deuxième partie de course allaient avoir un problème avec la pluie. Mais je me fais donc avoir pour la deuxième fois de la semaine, bien placé mais pas en tête, la distribution de 980 points sera pour les 20 ou 30 premiers, mais pas pour moi. C’est un peu lassant, mais appelons cela un fait de course. Et puis ça devrait payer un peu plus de 900 quand même pour moi, pas pire.

Dommage, ces pilotes n’étaient pas encore rentrés au but et j’étais bien placé, après une belle course dont je suis assez satisfait. A remettre demain, donc.

1 réflexion sur « Coupe du Monde Bulgarie 2008: vendredi, manche 5 »

Les commentaires sont fermés.