Foire aux questions

Nouvelle rubrique! C’est un essai de foire aux questions.

Si une question sur la compétition de parapente vous titille, et vous pensez que je pourrais avoir une réponse, et cette réponse serait d’intérêt général, alors vous pouvez la poser ici sous forme de commentaire. Je m’obligerai à y répondre également sous forme de commentaire.

C’est à vous:

10 réflexions au sujet de « Foire aux questions »

  1. Salut Sylvain,

    Grosse question! Je vais essayer de ne pas faire trop long:

    • Tu veux un GPS qui assure le minimum, soit configuré pour le parapente, ne plante pas… la petite boîte bleue du MLR SP24XC Vol Libre assure toujours. J’en ai encore deux.
    • Tu veux un GPS qui affiche de la carto, avec un écran en couleur, un port USB super rapide pour le déchargement, de la navigation pour la route… les Garmin sont très bien. J’ai eu un eTrex, je l’ai revendu: trop pénible à utiliser avec les gants, fonctions non adaptées au vol libre.
    • Tu veux un vario/GPS qui serve de calculateur de bord, affiche des finesses, recommande une vitesse de vol, donne ta marge d’altitude au but… les Flytec 6030, Digifly Leonardo Pro et Aircotec XC-Trainer avec sonde pour la vitesse/air sont tes options. J’ai fait le choix du 6030 avec un pitot pour son affichage carto et sa gestion des CTR. Très récemment Flytec semble avoir corrigé ses problèmes logiciels et matériels. Pour l’année prochaine je me cherche un second instrument, ce sera certainement un Leonardo Pro.
    • Tu veux le top du top, des alarmes sur la proximité en 3D des CTR, l’analyse en vol de ta polaire, l’optimisation des points de virage, la recherche des points de virage à portée, de la carto couleur avec analyse du relief… malheureusement les logiciels pour le vol à voile ne sont pas tout à fait adaptés pour le vol libre et l’utilisation d’un PDA en vol est très peu pratique. Alors il te faudra attendre (comme moi) que ce genre de produit tout en un soit au point! 

    J’espère que tu es content de ton voyage à la Réunion!

    Maxime

  2. Salut Laurent,

    Le terme "rigide" ne me semble pas approprié, d’autant plus qu’il crée de la confusion.

    Les tiges carbone utilisées par Luc Armant sont éminemment souples. En cela elles répondent encore à la vieille définition du parapente qui ressemble à: "aéronef à structure gonflable par pression dynamique décollable à pied sans structure primaire rigide". Ceci par opposition à son grand frère, le delta. 

    Maintenant, que dire de cette évolution?

    D’abord que la recherche de renforcement du bord d’attaque est commune ces dernières années à pratiquement tous les concepteurs en compétition qui ont besoin de garder en forme ce bord d’attaque à haute vitesse. Ensuite il existe également une recherche bien partagée de renforcement dans la corde, soit pour répartir les efforts entre points d’ancrage, et passer au final en 2 lignes, soit pour prévenir les figures du genre pac-man. Jusque là les constructeurs utilisaient du rotofil qui doit être un polyamide, maintenant ce sera du carbone: non pour sa raideur, mais pour sa capacité à reprendre une force dans son axe. Enfin la voile de Luc fait l’objet d’un énorme débat sur l’utilisation du carbone. Mais c’est un arbre qui cache la forêt: cette voile est pleine d’innovations qui font ses qualités. Elle est légère, avec des renforts intérieurs originaux, un profil peu épais, un système de freins différents, des bouts de plume très travaillés…

    Mon seul regret dans cette histoire: l’absence de tests. Personne ne doute que la voile vole. Tout le monde se demande si elle peut revoler après une grosse frontale ou un décro, ou combien de g elle peut prendre en 360 engagés et comment ça se finit. Sans parler du tout de carbone qui casse. Une belle vidéo avec ces séquences, ça, ça calmerait tout le monde, potentiellement.

    J’attends qu’Urban me raconte son passage au-dessus de l’eau avec ça!

    A+

    Maxime

  3. Salut Maxime,

    Est-ce que tu peux nous donner quelques explications sur l’équipe de France de parapente ?

    Qui la sélectionne ? Selon quels critères ? Dans quelles compétitions y a t’il un classement pas pays ?

  4. Il existe des classements par pays sur les coupes du monde (circuit PWCA) et les compétitions FAI de niveau 1 (championnats continentaux et championnat du monde).
    – Pour participer à une coupe du monde, ce sont les résultats du pilote qui le sélectionnent, indépendamment de son pays d’origine. La PWCA est une association de pilotes.
    – Pour participer à une FAI1, ce sont les fédérations sportives des pays qui sélectionnent leurs pilotes en fonction du quota qui leur est alloué. La FAI est une association d’aéro-clubs nationaux.

    Pour ce qui est de la terminologie, en essayant d’être synthétique:
    – Groupe France: ensemble des pilotes ayant le statut ministériel de Sportif de Haut Niveau
    – Collectif France: structure nationale de suivi des pilotes de niveau international
    – Pôle France: structure régionale en Rhône-Alpes d’entraînement des pilotes de niveau international
    – Équipe de France: sélection de pilotes pour représenter la France sur une FAI1

    Pour ce qui concerne le fonctionnement du Collectif France, voici quelques extraits de notre bible: le Cahier du Haut Niveau.

    Le Directeur Technique National est responsable des sélections, il sollicite l’avis du comité de sélection sur proposition de l’entraîneur national.

    Le comité de sélection se compose du :
    DTN
    – L’élu du bureau chargé de la compétition,
    – Le Président de la commission compétition parapente,
    – Le cadre référent chargé de coordonner le haut niveau,
    – L’entraîneur national.

    Il se réunit pour statuer, sur proposition de l’entraîneur, sur :
    – Les critères de sélection pour l’entrée dans le Collectif France

    – La composition annuelle des listes « haut niveau » et espoir,
    – Les critères de sélection aux championnats FAI,
    – Les sélections pour les championnats FAI,
    – Les autres sélections éventuelles.

    En complément de ce processus de sélection il existe des critères objectifs de résultat (essentiellement dorénavant le classement WPRS, avec une emphase sur les compétitions importantes des 12 derniers mois pour les sélections aux championnats FAI) et des critères subjectifs, ou, plus exactement, qualitatifs. Ceux-ci sont nombreux et même s’il n’y a pas de grand secret il appartiendrait à la FFVL de les publier. En gros ils permettent l’évaluation des caractéristiques d’un "bon" pilote de compétition, sinon ils donnent des axes de progrès!

  5. salut Maxime,
    et oui je suis toujours à la Réunion mdr.
    dis moi, sais-tu comment s’appelle le logiciel qui permet de suivre les pilotes en course en direct sur un écran via des téléphones portables ? quel genre de tel faut-il ?
    d’avance, merci
    roberto

  6. Salut Roberto!

    Je n’ai pas pigé si tu souhaites suivre sur l’écran d’un téléphone des pilotes qui volent équipés d’une balise spéciale (comme avec DSX ou SPOT) ou si tu souhaites suivre sur un écran de PC le GPS du téléphone portable d’un pilote (comme avec VictorB). Peu importe ce que j’ai compris, tu as les liens pour ta réponse! 😉

    On se revoit en 2011 pour le Championnat de France à la RUN!

    Maxime

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *