Théorie du contrôle: conclusion

Ma première conclusion est une généralité: une situation de contrôle est limitée dans le temps et dans l’espace. Si vous êtes en situation de contrôle vous devez accepter de perdre progressivement votre avantage et cela doit vous motiver à chercher à augmenter votre avantage, pas simplement à le gérer. De plus il n’existe pas qu’une seule définition du contrôle, celui-ci peut s’exercer de différentes manières, laissant différentes latitudes au pilote sous contrôle.

Théorie du contrôle: conclusion

Ma seconde conclusion est pratique. Pour déterminer si vous contrôlez un pilote devant et plus bas que vous mon conseil est de retenir et d’appliquer la formule du contrôle lâche car vous en connaissez toutes les variables et le calcul est simple à faire de tête:

    Fc = Vmc / ( Vzmc + Vz(Vmc) )

La finesse de contrôle est le rapport entre la vitesse de vol McCready et la somme de la Vz espérée pour le prochain thermique et du taux de chute en transition.

Prenez des valeurs approximatives pour la polaire de votre aile et une grossière idée des taux de chute et taux de montée espéré aux vitesses McCready (sans oublier de diviser votre vitesse en km/h par 4 en gros pour obtenir des m/s):

  • A 40 km/h: Vmc = 10 m/s, Vz(Vmc) = 1 et Vzmc = 1 m/s
  • A 48 km/h: Vmc = 12 m/s, Vz(Vmc) = 2 et Vzmc = 2 m/s
  • A 60 km/h: Vmc = 15 m/s, Vz(Vmc) = 3 et Vzmc = 5 m/s

Un calcul mental rapide peut s’envisager, par exemple:

  • Je vole à 40 km/h soit à peu près 10 m/s parce que j’espère un thermique à 1 m/s, je chute en transition à 1 m/s, je divise 10 par 1 + 1, cela fait une finesse de contrôle de 5.
  • Je vole à 48 km/h soit à peu près 12 m/s parce que j’espère un thermique à 2 m/s, je chute en transition à 2 m/s, je divise 12 par 2 + 2, cela fait une finesse de contrôle de 3.
  • Je vole à 60 km/h soit à peu près 15 m/s parce que j’espère un thermique à 5 m/s, je chute en transition à 3 m/s, je divise 15 par 5 + 3, cela fait une finesse de contrôle de 2.

Enfin, vous pouvez également utiliser la formule du contrôle généralisé dès lors que vous volez à la même vitesse que le pilote devant et plus bas que vous (Va = Vb et donc Vza = Vzb), dans l’idée de le laisser prospecter à votre place tout en le gardant sous votre coupe:

    Fc = Va / ( Vzmc + Vz(Va) )

Là aussi vous avez à votre disposition les valeurs de toutes les variables du calcul:

  • Je vole à 40 km/h soit à peu près 10 m/s parce que le pilote devant temporise, je chute en transition à 1 m/s, pourtant le vario moyen du jour est à 4 m/s, je divise 10 par 1 + 4, cela fait une finesse de contrôle de 2.
  • Je vole à 60 km/h soit à peu près 15 m/s parce que je ne veux pas lâcher le pilote devant qui s’échappe, je chute en transition à 3 m/s, pourtant le vario moyen du jour est à 1 m/s, je divise 15 par 3 + 1, cela fait une finesse de contrôle de 4.

Si les formules vous barbent ou que vous n’avez pas la disponibilité en vol pour faire du calcul mental, retenez par cœur les tableaux proposés et si possible leurs principes fondateurs, cela ira peut-être plus vite encore pour vous!

Voici peut-être une nouvelle manière de distribuer les leading bonus: moins vous contrôlez de pilotes devant vous, plus vous avez de points! Cela aurait du sens, on peut toujours rêver. Par parenthèse, je reste en faveur d’un scoring simple, au temps. Tant que nous n’arriverons pas à sortir du principe qu’une manche fait toujours 1000 points, toutes les modifications apportées à ce système ne feront que prendre dans une poche pour en remettre dans une autre, c’est un jeu à somme nulle.

Fin du contrôle. J’espère vous avoir intéressé avec ces élucubrations et que vous en tirerez vos propres conclusions pratiques.

Une réflexion au sujet de « Théorie du contrôle: conclusion »

  1. Ping : Coupe du Monde 2016 – Italie: 10/06/16, course au but de 68 km - Maxime BELLEMIN - le blogMaxime BELLEMIN – le blog

Les commentaires sont fermés.