Vol Passion 67

Deux articles de Vol Passion parlent de compétition. Plus exactement, des champions s’expriment sur leur approche de la compétition.

Le premier article est un bon condensé de ce que nous avons vu récemment dans les séances de travail avec l’équipe de ligue. Peu de surprises donc mais des confirmations intéressantes. En particulier j’aime bien l’esprit de Chrigel, assez détaché maintenant, alors qu’on sent encore l’intensité de l’investissement consenti par Andy ces dernières années, ainsi que la précision de son approche, même si lui aussi a levé le pied.

Continuer la lecture

Coupe du Monde Suisse 2008: conclusion

Première conclusion, brute de décoffrage: pour un parisien, 18ème d’une Coupe du Monde en Suisse, c’est pas mal. Mon premier objectif de la compétition était de produire du résultat, sans m’enflammer au sol et en vol. Mon objectif global de la saison est de produire du résultat régulièrement, en limitant les trous. En tous points, cette semaine en Suisse est une réussite.

Continuer la lecture

Coupe du Monde Suisse 2008: samedi, pas de manche

7 heures de voiture plus loin, me voici de retour à Courbevoie. Ce matin l’organisation nous a fait monter au déco pour un briefing tardif, à midi, dans l’espoir que le ciel s’ouvre sans se vider. Cela laisse le temps au coach de débriefer la manche d’hier. J’ai appris la différence entre "changements de ryhtme" et "sélection des Vz et adaptation du régime de vol", et j’ai géré ma manche comme il le fallait, dans la seconde configuration. Une manche est affichée histoire de nous occuper et, après une heure d’attente, le DE décide logiquement d’annuler:le déco est toujours pris dans le nuage, il bruine.

Continuer la lecture

Coupe du Monde Suisse 2008: vendredi, manche 2

Nous avons volé! Pfiou, ça fait du bien. Le DE nous a concocté une manche rapide de 44km, avec une difficulté sur la fin, en gérant à merveille le décalage de l’heure d’ouverture de la fenêtre de décollage en fonction des passages nuageux et d’un voile d’altitude. Les conditions de montée au plafond sont faiblardes au début, je temporise au décollage. Puis le ciel s’ouvre, c’est parti. Nous attendions des plafonds maximum à 2200 ou 2400, je fais dans les 2800, malheureusement un peu trop tôt avant le start, mais je suis bien placé pour le départ de la course au but.

Continuer la lecture